Test

Sérotonine




n.f. (angl. serotonin). 5-hydroxy-tryptamine (5-HT)

Composé dérivé de l'acide aminé tryptophane, vasoconstricteur, et neurotransmetteur impliqué dans de nombreuses fonctions telles que la régulation de l'humeur, le contrôle moteur, la douleur, les comportements alimentaires...

C'est l'un des neurotransmetteurs les plus connus et importants, intervenant à la fois dans l'organisme (plaquettes sanguines, poumons, intestin...) et dans plusieurs domaines, sur le système nerveux central. Les neurones sérotoninergiques interviennent en fait sur l'ensemble du névraxe, bien qu'ils soient peu nombreux en regard de toutes leurs fonctions. Une quantité importante de ces neurones se localisent dans le tronc cérébral (noyau du raphé). 

Son action avec d'autres neuromédiateurs, dans les mêmes cellules, ainsi que le nombre élevé de type de récepteurs agonistes (une quinzaine, principalement métabotropes), confèrent à la sérotonine un panel vaste d'effets et de possibilités de régulation. On lui connait ainsi un rôle,  au niveau de l'hypothalamus, sur les comportements alimentaires et la thermorégulation. La sérotonine intervient également dans le contrôle de la transmission de la douleur, ainsi que dans les activités motrices (l'activité motrice telle que le sport augmente la production de sérotonine).

On la sait aussi impliquée dans l'humeur, une baisse de la concentration dans la fente synaptique de ce neurotransmetteur allant régulièrement de paire avec une humeur déprimée. De nombreux dépresseurs agissent sur cette concentration en l'augmentant, soit par inhibition de recapture présynaptique, soit par inhibition de monoamine oxydase. L'augmentation de la concentration synaptique en sérotonine est ainsi liée à l'amélioration de l'humeur dépressive, voire à l'inversement de la tendance (euphorie), mais pouvant déclencher un syndrome sérotoninergique. Ce type de procédé inhibiteur donne également de bons résultats sur les troubles anxieux.

La sérotonine joue également un rôle important sur le développement de l'embryon, de telle sorte qu'un déséquilibre en sérotonine serait pour part responsable de syndrome de mort subite du nourrisson. 

Le taux de sérotonine connait un rythme circadien, avec un pic vers 13 heures et un minimum vers 23 heures. Les neurones du raphé participent ainsi à la régulation du cycle veille-sommeil.