Test

Psychologue




n.m. (angl. Psychologist ; all. Psychologe). Titre dont l’usage professionnel est réservé en France par la loi 85-772  du 25 Juillet 1985, Article 44.

Profession en charge de l’humain qui intervient dans une multitude de champs (psychopathologie, relations interpersonnelles, recherche scientifique en psychologie) dont les activités sont extrêmement variées, et qui se décline en de nombreuses spécialités. Le psychologue intervient dans les domaines de la santé, de l'éducation, du travail, du sport, des relations sociales... et vise à maintenir ou améliorer la qualité de vie de l'individu en travaillant principalement sur le plan de sa santé psychique.

Formé en sciences humaines, le psychologue est détenteur d’une licence et d’un master professionnel en psychologie dont la mention lui apporte une spécialisation précisée par le qualificatif éventuellement assorti son titre. Ainsi le psychologue peut, par exemple, être :
  • Spécialisé en psychopathologie et psychologie clinique, et alors souvent qualifié de clinicien,  comme ceux dont, en exercice libéral, le code APE est « activités de santé humaine non classées ailleurs », il peut avoir une activité thérapeutique : psychothérapie individuelle ou groupes thérapeutiques, etc.
  • Spécialisé en psychologie sociale et des organisations, il est médiateur, facilitateur de l’intégration sociale,  de l’organisation managériale, etc.
Formation et bases universitaires

Professionnel de la psychologie, il a acquis, au cours des cinq années de sa formation universitaire les outils conceptuels lui permettant la compréhension et l’analyse des phénomènes psychologiques, intra psychiques ou inter psychiques et, au cours des 200 à 300 demi-journées de stage, au minimum, effectuées auprès de psychologues praticiens en exercice, ses postures et savoirs-faire professionnels :
  • Ecoute et observation de la situation individuelle, groupale, institutionnelle…
  • Analyse, compréhension des liens et interactions intra et inter psychiques, évaluation de la situation et diagnostic, à la lumière de ses outils conceptuels.
  • Restitutions à l’individu, au groupe, à l’institution, etc., dans le respect de sa construction psychique, groupale, sociale…
  • Favorisation, induction des réaménagements psychiques, personnels,  groupaux ou institutionnels.
  • Acteur de changements par la dispensation d’un soin psychique ou la réalisation d’une action de médiation, l’ouverture de possibilités de réorganisation…
  • Capacité de travail sur soi et de formation personnelle indispensables aux prises en charge aidantes ou thérapeutiques.
Champs d'activité professionnelle

Le psychologue intervient dans une multitude de champs, ses activités sont extrêmement variées :

Auprès des personnes en souffrance psychique, auprès de celles qui sont psychiquement désorganisées, le psychologue prodigue des soins psychologiques, une prise en charge psychologique (psychological care).

Dans le cadre d’une aide à l’orientation, à la décision il participe à l’adéquation de la demande, du sens et des capacités de la personne du groupe ou de l’institution…

Dans le cadre des dysfonctionnements groupaux, il effectue un travail de médiation et de facilitation des rapports humains.

Auprès des institutions, il contribue à la réflexion des projets et  à la facilitation de leur mise en œuvre ; il réfléchit aux modélisations organisationnelles et apporte son concours aux organisations sociales, du travail…

Il peut être, également, préparateur de compétition, éclaireur des capacités cognitives ou de la personnalité des individus…

Il est un professionnel de la psychologie ou même des psychologies, de l’individu, des groupes, des institutions, de la société.

Le psychologue analyse, diagnostique, interprète les structures et les mouvements psychiques ainsi que  les interactions entre les individus et les groupes. Il dispose de savoir-faire permettant d’induire des changements sur le plan psychique.

Déontologie

Ces savoir-faire, pouvant induire des changements psychologiques, doivent être encadrés par une déontologie.

L’accès à la profession, le contrôle de l’exercice et du respect de la déontologie du psychologue ne peuvent être laissés sans régulation et nécessitent une instance juridiquement investie de ces prérogatives, une instance disposant de capacités ordinales.

Une instance ordinale efficace et reconnue par les professionnels  doit, nécessairement, être en appui à la fois sur le corps professionnel, sur les pairs et sur la communauté scientifique des psychologues et la recherche.

En France, contrairement à de nombreux pays, une telle instance n’a pas encore été mise en place par le législateur.

Publié par Jacques Borgy, Psychologue Clinicien