Test

Négativisme




n.m. (angl : negativism)

Attitude de rejet passif de toute sollicitation extérieure, de résistance au contact ou à la collaboration, sans raison apparente. Le négativisme est symptomatique de la catatonie (schizophrénie) en tant que trouble de l'activité motrice volontaire, mais se rencontre également sous forme de trait de personnalité associant un pessimisme et un refus de l'action.

Avec la catalepsie et les hyperkinésies / stéréotypies, le négativisme caractérise le syndrome catatonique, trouble de l'activité motrice volontaire, rencontré chez certains sujets schizophrènes. Le négativisme y correspond au refus passif de toute sollicitation ou proposition d'une personne extérieure, induisant le mouvement. Elle se traduit par le refus de bouger, le rejet des mouvements demandés ou attendus  : par exemple, le patient refuse de serrer la main du psychologue, n'initie pas le contact visuel, résiste à toute tentative de le faire réagir. Le patient donne l'impression de s'enfermer dans son monde et de ne plus tenir compte de l'extérieur : Henry Ey le définit ainsi comme le refus de tout contact avec autrui et avec le réel. Dans les formes les plus graves, le patient peut refuser de s'alimenter ou de sortir de chez lui.

Un refus actif ou la réaction contraire à ce qui est attendu ou demandé, relève de l'oppositionnisme (légèrement différent du négativisme). Lorsque la résistance s'exprime proportionnellement (par exemple, le patient que l'on pousse, pousse dans la même direction avec la même force, de sorte qu'il revient à son point de départ), on utilise le terme de gegenhalten. Négativisme et oppositionnisme se rencontrent fréquemment chez l'enfant frustré, s'accompagnant souvent de cris, de pleurs, d'agressivité et de comportements impulsifs. Sous forme grave (catatonique) chez le jeune enfant, le négativisme peut provoquer un retard de développement physique et expressif.

Le terme "négativisme" se rencontre également pour désigner certains états psychopathologiques liés à la dépression ou provoquant un état dépressif, associant une humeur pessimiste et un refus de l'action (le patient est abattu, se plaint qu'il ne sert à rien de bouger, de faire quoi que ce soit...). Cette acceptation du terme est distincte de celle qui concerne la catatonie, puisqu'elle correspond davantage à un trouble de l'humeur qu'à un trouble psychomoteur (trouble de l'expression).