Test

Latéralité




n.f. (angl : laterality)

Inégalité d'implication dans un phénomène physiologique d'une partie d'un système d'apparence symétrique, par rapport à sa partie homologue. Elle se traduit généralement par une dominance fonctionnelle ou préférence comportementale, motrice ou sensorielle, de l'une des moitiés droite ou gauche du corps.

L'inégalité* d'implication signifie que dans un système d'apparence symétrique, par exemple les deux hémisphères cérébraux (ou deux parties homologues de ces hémisphères), l'une des parties homologues s'impliquera davantage dans un phénomène physiologique (fonctionnel, comme le langage ou l'une de ses composantes, ou comportementale, comme l'utilisation de la main).

On repère cette tendance à la latéralité simplement par le fait que la majorité des individus ayant à manipuler un objet le font spontanément avec la main droite plutôt que la gauche. La latéralité se manifeste toutefois dans la plupart des gestes : croiser les bras, commencer à marcher... L’œil est également latéralisé : il suffit de pointer son doigt en direction d'un objet, puis de fermer l'un après l'autre l’œil, on constate alors qu'un seul des yeux est visiblement tout à fait aligné avec le doigt, tandis que l'autre est légèrement décalé. Plus généralement, la latéralité s'exprime à travers tout comportement moteur et sensoriel, toute fonction cognitive, pour lesquels l'activité d'un hémisphère cérébral diffère notablement de celle de son homologue. Par extension, on applique cette caractéristique au résultat de cette inégalité d'implication des deux hémisphères : par exemple, l'utilisation préférentielle de la main droite est nommé latéralité manuelle droite.

La latéralité concerne donc obligatoirement un système symétrique (les deux mains, les deux hémisphères, les deux yeux, le système oculaire comprenant à la fois les deux yeux et les deux systèmes cérébraux associés, etc...) et constitue une caractéristique de ce système, caractéristique ayant un attribut marquant son sens (droit ou gauche par rapport à l'axe symétrique de référence). C'est donc par abus de langage que l'on dit d'une main qu'elle est latéralisée : en fait, c'est le système manuel qui est latéralisé à droite, ou à gauche ou bien les fonctions motrices des deux hémisphères, qui sont latéralisées.

On peut affirmer que la latéralité possède des sous bassements neurologiques et développementaux de nature héréditaire, bien que ceux-ci soient encore mal connus. La présence d'un pic hormonal (testostérone, oestrogènes) comme facteur de latéralisation a été montré chez le rat. Chez l'homme, les résultats sont moins clairs mais corroborent néanmoins cette hypothèse.

* Pourquoi inégalité et non différence? si tant est que, par exemple, un hémisphère cérébral s'implique différemment dans une fonction que son homologue, cela signifiera soit que cette fonction peut être décomposée en sous fonctions pour lesquelles chaque hémisphère s'impliquera plus ou moins que son homologue, ou bien qu'il ne s'y impliquera pas du tout. dans ce dernier cas, on ne peut alors pas parler de latéralité ou de dominance mais d'unilatéralité!

à distinguer de latéralisation