Test

Hospitalisme




n.m. (angl. hospitalism)

Trouble affectif caractérisé par une altération profonde de l'état physique et psychologique du jeune enfant séparé précocement de sa mère ou d'un substitut affectif, et souffrant d'une grave carence affective.

On doit le terme à Renée Spitz, qui décrit ce trouble affectif et dépressif à l'observation de jeunes enfants placés en institutions (orphelinat) ou séparés d'une mère placée en prison. Si la séparation se produit lorsqu'une relation affective a eu le temps de se nouer (après quelques mois) mais sans que l'enfant n'ait une pleine conscience de la mère, la dépression anaclitique résultant de la séparation peut se résorber si un substitut affectif, une mère de remplacement, ou la vraie mère, prend à nouveau soin de l'enfant.

En cas de séparation brutale et sur une longue durée, l'enfant perd son sourire, ses expressions et s'enferme dans un mutisme avec perte de poids, insomnie et retard psychomoteur progressif. La comparaison des deux populations d'enfants (placés en orphelinat avec des soins mais sans présence affective, et enfant séparés régulièrement d'une mère placée en prison) a permis à R. Spitz de décrire trois phases de cette carence affective grave :
  • pleurs et crises à la disparition de la mère
  • perte de poids, désintérêt et retard psychomoteurs
  • retrait affectif et refus du contact accompagné d'un retard de développement et d'une symptomatologie dépressive (dépression anaclitique), pouvant aller jusqu'au dépérissement
Le travail de Renée Spitz a amené à de nombreuses réformes dans la prise en charge des tout-petits, notamment dans les orphelinats et le milieu hospitalier.