Test

Grille de Bales




n.f.(angl. Bales grid)

Outil d'analyse quantitative et qualitative des relations interindividuelles et de la dynamique de groupe lors de l'exécution d'une tache. La grille de Bales et la méthodologie associée ont été inventées par Robert Bales afin de réaliser une typologie des interactions (typiquement, des interventions orales) lors de réunions de groupe de travail.

Dans de tels groupes, pour lesquels les membres sont censés avoir le même statut, on voit spontanément émerger des rôles différents, dépendant à la fois de la tâche à accomplir, des spécificités individuelles et collectives. La grille de Bales permet d'établir des profils individuels, d'analyser la qualité des relations socio-affectives et des comportements orientés vers le travail, à partir du type et du nombre d'interactions(1). 

Dans ce but, un observateur note la portée (affective, centrée sur le travail), la valeur (intervention positive, négative) et la nature (intervention centrée sur soi, sur autrui, sur une autre intervention). Pour cela, il classe chacune de ces interventions parmi 12 catégories : 6 catégories concernent les interventions centrées sur le travail en cours, 6 autres sur les relations interpersonnelles, socio-affectives. Dans chacun de ces deux domaines, 3 catégories permettent de décrire, selon leur nature, des aspects positifs de l’intervention, 3 autres, inversement, des aspects négatifs.

L’utilisation de cette grille et la typologie qui en découle permettent l’analyse de la dynamique du groupe occupé à la tache. En ce sens, elle se différencie d’un sociogramme  type « Moreno » qui donne une description relativement statique du groupe. L’outil donne donc accès à des critères objectifs de mesure du « fonctionnement » du groupe. Robert Bales fournit un outil qui se montrera très utile non seulement dans l’évaluation de processus sociaux, mais également en temps qu’application pour le milieu du travail et des entreprises, ou le milieu scolaire.

Catégories décrite par Bales 

Catégories centrées sur les relations interpersonnelles (socio-affectives), manifestations positives.
1 – Manifestation de solidarité, de sympathie, aide
2 – Détente et relâchement de tension
3 – Manifestation d’un accord
Catégories centrées sur le travail, manifestations positives
4 – Suggestions
5 – Intervention exprimant l’avis, l’opinion
6 – Intervention directive, donnant des informations ou une orientation de travail
Catégories centrées sur le travail, manifestations négatives
7 – Demande d’informations
8 – Demande d’avis, d’opinions
9 – Demande de suggestions
Catégories centrées sur les relations interpersonnelles, manifestations négatives.
10 – Manifestation de désaccord
11 – Manifestation de stress ou de gêne, de tension
12 – Attaque relationnelle, manifestation d’animosité
Méthodologie et analyse

Généralement, l'observateur est en observation directe non participative : il assiste en spectateur à la réunion de travail, en retrait. Pour s’assurer de la neutralité de l’observateur, de la pertinence des grilles, on peut placer plusieurs observateurs, chacun avec leur grille, puis les comparer à la fin de la séance de travail, sachant que les concordances entre observateurs révèlent des profils particulièrement visibles et donc significatifs. 

On peut ainsi observer des leaders de groupe, préférant généralement s’adresser à plusieurs personnes plutôt qu’à une en particulier, recueillant des avis favorables et des accords. Un leader affectif suscitera et émettra davantage de manifestations de sympathie, tandis qu’un leader centré sur le travail privilégiera des interventions plus directives et adaptées à la résolution du problème en cours. La grille permet également de révéler les difficultés d’un groupe de travail dues à un manque de dynamisme ou une ambiance affective stressante. Une analyse plus poussée du type de problème, selon les catégories d’intervention au sein des groupes de 3 catégories, donne également une information : demandes et émissions de suggestions mettent en évidence un problème d’organisation du travail, tandis qu’avis et opinions reflètent davantage l’évaluation de ce travail. L’échange d’information peut signer l’absence d’investissement sur un travail ou au contraire une forte motivation. Un nombre supérieur d’interventions positives place le participant dans une classe dirigeante, concernant la tache en cours.

Cette grille est, avec le sociogramme de Moreno, l'un des premiers outils permettant d'évaluer le groupe, ses membres et son fonctionnement.

Références

(1) Bales, R. F. (1972), Rôles centrés sur la tâche et rôles sociaux dans des groupes ayant des problèmes à résoudre, in Lévy, A., Psychologie sociale, Paris, Dunod, 1972, pp. 263-277.