Test

Échomimie




n.f. (angl : echomimia, echopathy)

Patho. Reproduction involontaire, en écho, des expressions faciales (notamment, émotionnelles) perçues chez autrui, ayant pour origine l'altération du contrôle moteur des muscles du visage.

L'échomimie désigne à la fois le symptôme (le patient reproduit les expressions faciales qu'il perçoit) et le signe (une des ces reproductions).

La faculté de percevoir les modifications faciales s'accompagne, chez tout un chacun, de la reproduction involontaire de ces expressions, phénomène que des récentes études ont lié à l'action des neurones miroirs. Ainsi, chez le sujet normal, la seule perception d'une expression faciale fait écho sur le visage de celui qui le voit, et les muscles correspondant à cette expression perçue se contractent très légèrement. Néanmoins, cette reproduction à l'identique, source de l'empathie, est suffisamment faible et contrôlée pour être indétectable, sauf par des instruments de mesure dédiés à cette tâche.

Chez le sujet échomimique, cette reproduction est accentuée, non contrôlée, stéréotypée : elle amène le patient à reproduire les expressions dès qu'il les perçoit, de façon involontaire, quasi à l'identique. Le contrôle des muscles du visage n'est plus assuré correctement. Pour cette raison, l'échomimie est considérée en sémiologie psychiatrique comme un trouble psychomoteur (trouble de l'expression), que l'on rencontre notamment chez le patient schizophrène, mais également lors d'états altérés du contrôle psychomoteur : abus de psychotropes, démences et états confusionnels.

Nota : à distinguer de l'hypermimie (notamment dans l'hystérie), pour laquelle les expressions faciales et émotionnelles sont souvent répétées, reproduites (le patient est syntone à l'ambiance dans laquelle il se trouve) mais aussi très exagérées. Le patient échomimique ne fait que reproduire l'expression faciale d'autrui, sans forcément ressentir l'émotions qui donne normalement naissance à l'expression.