Test

Autonomie fonctionnelle




n.f. (angl. functional autonomy)

Caractéristique d'un système apte à assurer sa survie ou son intégrité en ajustant ses comportements à l'environnement, de manière à s'adapter au mieux aux variations de celui-ci.

Vie artificielle & biologie. Par définition, l'autonomie fonctionnelle d'un système (biologique, mais également mécanique, artificiel) réside dans sa capacité à former un tout unifié, différencié de l'environnement et régulant ses échanges avec celui-ci de manière à assurer son intégrité (survie, bon fonctionnement, adaptation) tout au long de son développement. On parle également et plus particulièrement  en psychologie clinique, d'autonomie fonctionnelle pour désigner la capacité d'un patient à prendre en charge seul, les besoins de la vie quotidienne.

Unité fonctionnelle et adaptation 

L'acceptation utilisée en Vie Artificielle & biologie met l'accent sur l'unité fonctionnelle du système et ses ajustements en vue de conserver cette unité, face aux variations de l'environnement, ou le développement du système lui-même.

Le terme d'autonomie fonctionnelle a été utilisé par Claparède (1930) pour désigner, chez un animal, les capacités de réaction ajustées en fonction des besoins, permettant de concevoir cet animal comme une unité. La question de l'unité se posait déjà en philosophie, avec par exemple, l'aphorisme selon lequel on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve (parce que l'eau qui le compose est remplacée à chaque instant). En dépit de variations et de renouvellements constants de ces composants, les êtres organiques conservent une organisation, réactive à l'environnement, et leur permettant de s'en différencier.

Selon Claparède, le seul fait que tout organisme vivant constitue un système qui tend à s'auto-conserver, fait de lui une telle unité fonctionnelle, irréductible à ses seuls composants, dont certains sont nécessaires à cette unité mais n'y suffisent pas (loi d'autonomie fonctionnelle).

Développement, éducation, autonomie 

Cette définition met également l'accent sur le développement du système : un organisme immature représente une unité fonctionnelle au même titre qu'un organisme mature, les deux, répondant à leur besoins au même moment et en face du même environnement, de la manière la plus adaptée à leur être propre. Ceci explique par exemple qu'un enfant puisse répondre au stress par le jeu et un adulte par le travail. Si adulte et enfant sont tout deux des unités fonctionnelles semblables, il n'en reste pas moins qu'étant à un stade de développement différent, ils réagissent à l'environnement en fonction de besoins également différents, indépendants de critères pseudo-objectifs que l'adulte essaie régulièrement d'imposer, négligeant ainsi le point de vue de l'enfant sous couvert d'éducation.

Toutes les fonctions mentales sont ainsi vues comme des mécanismes adaptatifs (fonctions vicariantes) sujettes à développement, et explicatives de besoins liés à un stade de développement donné. Lors de ses travaux, Claparède insiste sur l'importance de respecter la loi d'autonomie fonctionnelle pour favoriser le développement, par exemple, par l'éducation : il peut être plus avantageux de présenter des jeux éducatifs, répondant au besoin ludique, plutôt que d'imposer à coup de manuel et de traités, des formes de connaissances qui ne seront dans ce dernier cas que mal digérées, du fait qu'elles ne représentent pas une solution à un besoin fonctionnel.

Par la suite, le terme d'autonomie fonctionnelle a été étendu à la vie artificielle, désignant tout système unifié adaptatif, mais également à la pédagogie (éducation fonctionnelle selon la vision de Claparède), de même que dans un langage couramment utilisé en psychologie, pour désigner l'aptitude individuelle (notamment, en rapport avec la maladie) d'un sujet à exercer au quotidien toute action lui permettant de vivre normalement. Les pertes d'autonomie fonctionnelle, dans cette acceptation, sont fréquentes dans les démences ou les pathologies lourdes, et l'autonomie fonctionnelle constitue généralement le but d'un grand nombre de thérapies.