Test

Automatisme mental




n.m. (angl. mental automatism, Kandinsky-De Clerembault's syndrom)

Syndrome caractérisé par la conviction délirante de ne plus être maître de sa propre pensée, ou qu'une force extérieure contrôle et influence l'activité psychique, la perception, la liberté d'action.

Ce syndrome, décrit indépendamment par Gaëtan Gatian de Clerambault (en 1909) et Victor Kandisky (en 1885), est typiquement rencontré chez le sujet schizophrène, bien qu'observable dans d'autres pathologies pour lesquelles confusions, délires, déréalisation peuvent émerger (par exemple, épilepsie, bouffée délirante, etc.). Ce syndrome présente une altération grave de la pensée et de l'identité, par l'impression délirante ou même une réelle conviction selon laquelle la pensée est volée, commentée, surveillée, ou imposée de l'extérieur.

Le sujet sent sa propre pensée comme contrainte ou observée, voire, il a l'impression que les pensées qui lui viennent à l'esprit, ne lui appartiennent tout simplement pas. On distingue classiquement 2 types d'automatismes mentaux :
  • automatisme mental mineur : le sujet peut avoir l'impression qu'on lit ses pensées, qu'un autre les espionne, les contraint, les devine... Le sentiment qui est le nôtre, à propos de notre liberté de pensée ainsi que son caractère secret et personnel, est gravement altéré, et le patient a l'impression que son monde intérieur est violé. On assiste généralement à des phénomènes d'automatisation de la pensée : écho de la pensée (le patient à l'impression que sa pensée se répète en écho), vol de pensée (autrui ou une force étrangère lit ou devine les pensées), coercition (la pensée est imposée de l'extérieur), pensée automatique (souvenirs ou pensées défilent, les idées viennent en laissant l'impression d'échapper totalement à un contrôle conscient). Ce rapport à la pensée peut être terriblement angoissant.
  • automatisme mental majeur : celui-ci se distingue de l'automatisme mineur, par l'ajout d'hallucinations (auditives généralement). Le patient entre dans un véritable délire au cours duquel il est convaincu que sa pensée est répétée ou commentée à voix haute, décriée ou ordonnée (imposée par une voix : c'est souvent ce phénomène qui est l'origine de délires à thématique religieuse, comme l'impression de converser avec Dieu). Ce phénomène peut déréaliser complètement le patient et l'amener à agir en se sentant forcé, ce qui peut être extrêmement dangereux, lorsque le comportement dicté consiste en une action agressive. Suicide ou hétéro-agression peuvent  alors suivre ces hallucinations, tandis que le patient ne se sent absolument pas responsable et ne peut lutter contre.
Nota : à distinguer de l'automatisme psychologique, désignant simplement une activité mentale ou psychomotrice indépendante d'un éventuel contrôle de la volonté consciente du sujet (ce qui s'applique par exemple, à un apprentissage devenu automatique) .

Il convient également de distinguer, principalement dans les littératures Française et Russe, le Syndrome de Clérambault (érotomanie) de l'automatisme mental, souvent nommé, à tort, également Syndrome de Clérembault. L'automatisme mental (syndrome de Kandinsky-Clérambault) est une entité clinique distincte de l'érotomanie (syndrome de Clérambault, dont Clérembault à décrit la nature et les stades[1].

Références :

[1] Lerner V., Kapstan A.,Witztum E. (2001). The Misidentification of Clerambault's and Kandinsky-Clerambault's Syndromes. Canadian Journal of Psychiatry. 2001. Nr. 46. S. 441-443.