Test

Automatique (automaticité)




adj. (angl. automatic)

Caractère involontaire, irrépressible d'une activité (comportement, traitement cognitif) par opposition à l'activité contrôlée ou délibérée.

Les activités automatiques se présentent comme des réactions non réflexes (lesquelles ne nécessitent pas de traitement cognitif) avec cependant des caractéristiques très similaires : elles surviennent en l'absence de tout contrôle volontaire, généralement inconsciemment et de façon rapide. Cette automaticité s'observe sur de nombreuses fonctions mentales, parfois très complexes, comme le langage. Elle représente l'aboutissement d'un apprentissage suffisamment poussé pour négliger le contrôle conscient des actes et traitements cognitifs associés à l'activité.

L'exemple du langage 

Dans l'exemple du langage, le traitement automatique peut être observé par les effets d'amorçage : un temps d'exposition bref de l'ordre de 100 à 400 millisecondes, d'un mot, permet de faciliter le traitement ultérieur (par exemple, reconnaître un mot appartenant au même champ lexical). En situation naturelle, l'automaticité du langage peut s'observer par sa compréhension : si une personne parle juste à côté de nous, nous ne pouvons quasiment pas nous empêcher de comprendre ce qu'elle dit.

Lors de l'apprentissage du langage, pourtant, les traitements cognitifs associés ne sont pas d'emblée automatiques. L'apprentissage de la lecture, par exemple, nécessite de nombreux essais et une longue pratique avant que cette activité ne devienne automatique. Cet apprentissage et l'automaticité de la lecture peuvent être mis en évidence par l'effet Stroop : l'enfant lecteur débutant ne présente pas d'effet d'interférence signant le caractère irrépressible de la lecture. Au fur et à mesure de l'apprentissage, cet effet apparaît et se renforce, jusqu'à aboutir, pour le lecteur expert, à un effet d'interférence classique : le lecteur expert ne peut s'empêcher de lire un mot qu'il voit, quand bien même sa tâche est autre (par exemple, nommer la couleur de l'encre du mot qu'il voit. Ainsi, "jaune" écrit en encre rouge entraîne régulièrement la réponse "jaune"). Cette origine liée à l'apprentissage est la caractéristique principale distinguant l'activité automatique de l'activité réflexe.

L'automaticité, concept omniprésent 

D'autres habiletés, comme les habiletés sensori-motrices (apprendre à faire du vélo, conduire une voiture...) sont également des exemples flagrants d'automatisation : changer les vitesses d'une voiture nécessite la concentration du débutant, mais se fait de manière automatique chez l'expert. Il en va de même pour l'ensemble des traitements cognitifs (et leur composante comportementale) pour peu que l'habitude soit suffisamment grande.

L'étude de l'automaticité renseigne énormément sur l'état et les caractéristiques du système cognitif : en clinique, une absence d'interférence d'un traitement en ayant normalement signe un déficit (ou un défaut d'apprentissage). En psychologie cognitive, le caractère automatique permet d'étudier les processus cognitifs, les relations entre cognitions. Par exemple, démontrer l'existence d'un amorçage sémantique, phonologique, imagé... signifie que le système cognitif relie les représentations entre mots, entre mot et phonologie, entre mot et image... La psychologie sociale s'en sert pour étudier et démontrer l'existence de stéréotypes... La  majorité des disciplines de la psychologie a eu recours à l'étude des automatismes, qui font parties intégrantes de la plupart des modèles cognitifs imaginés.