Test

Autodépréciation




n.f. (angl. self depreciation)

Baisse significative de l'estime de soi, conduisant l'individu à émettre des jugements exagérément défavorables, péjoratifs à son propre propos, généralement sans tenir compte de ses aspects favorables.

L'autodépréciation est une forme exagérée d'autocritique que l'on rencontre régulièrement dans les dépressions, après un échec cuisant (notamment chez des personnes particulièrement touchées par leurs échecs, comme les narcissiques), dans la mélancolie,  mais également dans la timidité excessive, les personnalités évitante et dépendante, la dysmorphophobie...

Sous forme modérée, elle conduit l'individu à se sentir inférieur à autrui, donner beaucoup d'importance à ses propres défauts mais pas à ses qualités, et inversement, voir chez les autres les qualités plus que les défauts. La dépression accompagne souvent ces jugements de valeur faussés. Sous forme grave, l'individu peut aller jusqu'à considérer vaine sa propre existence, et exprimer son sentiment de n'avoir aucune valeur. Il s'agit bien sûr d'un facteur aggravant de suicide.

L'autodépréciation se distingue cependant d'idée délirante que l'on rencontre dans la dysmorphophobie, pour laquelle la perception est grandement altérée, et des "défauts" n'existant pas, conduisant le sujet à se plaindre et se détester. L'altération de perception chez l'autodépréciateur se limite à donner plus d'importance à ses défauts, voire à des défauts communs à tous, ce qui fausse son jugement de valeur personnelle sans entrer dans le cadre d'un délire.