Test

Audition




n.f. (angl. hearing)

Modalité sensorielle de perception des ondes sonores par l'intermédiaire du système auditif.

Transformation et transmission : du son extérieur à l'intégration cérébrale 

Le son se propage dans les milieux matériels sous forme de vibration, correspondant à des déformations mécaniques du milieu (variations de pression). Ce son atteint l'oreille, entre dans le canal auditif et provoque la vibration correspondante du tympan. Le tympan transmet cette énergie mécanique à l'oreille moyenne constituée des osselets (marteau, puis enclume, puis étrier), en contact avec la fenêtre ovale, une seconde paroi. La vibration de cette paroi entraîne des mouvements du liquide de l'oreille interne, se répercutant dans la cochlée, une structure en forme d'escargot (limaçon), tapissée de cellules ciliées (mécanorécepteurs en forme de cils) qui vont transformer l'énergie mécanique en message électrique. Ce message électrique emprunte le nerf auditif pour joindre les aires auditives (lobe temporal), en passant par des structures sous-corticales comme le thalamus. Des signaux provenant de chaque oreille arrive aux deux hémisphères.

Caractéristiques de l'audition humaine

La plage de fréquences audibles pour l'homme correspond à l'intervalle allant de 20 hertz à 16 000 hertz environ (des extrêmes de 10 hertz à 24 000 hertz ont été observés). La plage d'amplitudes de pression acoustique correspond à l'intervalle allant de 20 micropascals (0 décibels) à 2*107 micropascals (120 dB), correspondant au seuil de douleur.

L'homme peut établir une discrimination entre deux sons s'ils diffèrent de 0.5 décibels ou de quelques hertz. La souplesse de l'audition s'atténue cependant avec l'âge, principalement par perte de l'acuité auditive (réduction de l'intervalle de fréquences audibles) et la hausse du seuil d'audition (de 10 à 15 dB, celui-ci peut passer à 40 de manière normale, jusqu'à la surdité en cas de lésion grave). 

Infrasons et ultrasons ne sont pas perçus par l'appareil auditif. Les infrasons peuvent cependant être perçus du fait du déplacement d'air provoqué, par d'autres mécanorécepteurs sensibles aux variations de pression.

Le système auditif est capable de discriminer le son en fonction de plusieurs paramètres : la hauteur, le timbre, la sonie. L'intégration nerveuse et notamment la participation de la mémoire permet d'identifier certaines conditions environnementales (par exemple, réverbération). Comme la vision, l'audition capte vraisemblablement de nombreux indicateurs sonores qu'elle va réintégrer pour former une représentation sonore cohérente possédant plusieurs caractéristiques (mélodie, rythme, continuation et discrimination de sources sonores). La discrimination de ces indicateurs est suffisamment fine pour permettre la compréhension de la parole, qui nécessite de pouvoir organiser l'information sonore en flux continu tout en séparant les informations phonétiques.

Fonction de l'audition

L'audition est le seul sens continuellement actif : elle nous permet par exemple de nous réveiller lorsqu'un bruit suffisamment fort se fait entendre. Dans les situations dangereuses, elle agit en avertisseur : un bruit sec est fort entraîne immédiatement un "flash" cortical, la coupure de la respiration, généralement jusqu'à ce que la source à l'origine du son soit identifiée.

Elle permet également la localisation de stimuli sonores, sens précieux dans l'obscurité, et complémentaire à la vision à laquelle elle est par ailleurs reliée : un bruit soudain entendu sans que la source ne soit visuellement identifiée peut entraîner le mouvement des yeux vers cette source, de manière automatique.

La localisation est permise par la conjugaison des signaux des deux oreilles (système binaural), sensibles à des écarts d'arrivée du son de l'ordre de quelques microsecondes.

Pathologies de l'audition

Outre les pathologies touchant l'organe auditif (destruction des cellules ciliées, perforation du tympan...), l'audition est susceptible d'être affectée par de nombreuses neuropathies et lésions nerveuses. On peut distinguer les pathologies neurologiques de l'audition selon la fonction touchée (trouble de compréhension de la parole, trouble de l'audition pour tout type de son, amusies...).