Test

Assimilation




n.f. (angl. assimilation)

Intégration d'un élément à des structures préalables de même nature. On parle indifféremment d'assimilation dans le cadre d'une intégration culturelle, biologique, langagière, cognitive...

Phonétique. L'assimilation phonétique est un effet dû à la rapidité du discours et la lenteur des organes de la parole, se caractérisant par le mélange de deux phonèmes consécutifs. L'exemple le plus démonstratif est la perte d'un "e" terminal suivi d'une consonne, par exemple, le vocable "de la" devient aisément "dla" au sein d'une phrase.

Biologie. En biologie, l'assimilation correspond à l'intégration d'un élément organique à une structure organique de niveau d'organisation généralement supérieur. Cette assimilation peut être le fait d'un parasite, peut être commandée par la structure organisée ou liée à des modifications de l'environnement. Lors de l'évolution, par exemple, les mitochondries ont parasité l'organisme pour y vivre en symbiose avec lui. On parle également d'assimilation en nutrition, corps et cellules assimilant les nutriments après digestion.

Education. L'assimilation est l'ajout d'une nouvelle cognition au sein du système cognitif, équivalent d'un apprentissage de savoir ou de savoir-faire qui pourra être mis en oeuvre par la suite.

Développement. Dans le théorie de Piaget, le processus d'assimilation est un mécanisme psychologique qui modifie la représentation du milieu afin de la faire correspondre à des connaissances antérieures et d'y réagir au mieux. L'assimilation est inséparable de l'accommodation qui aide la construction des schèmes d'assimilation.

Selon Piaget, les schèmes d'assimilation donnent leur sens aux actions. Il en distingue trois : 
  • l'assimilation reproductive (ou répétitive) se structure comme une simple reproduction. Un objet ou un évènement identique, semblable, sera ainsi traité de la même manière à chaque fois. 
  • l'assimilation généralisatrice intègre objets et évènements nouveaux dans un même schème, leur signification en devient alors similaire. Généralisation et catégories proviennent principalement de cette assimilation.
  • l'assimilation recognitive sépare, discrimine les objets et évènements selon leurs propriétés, afin de les faire correspondre au schème adapté.