Test

Aspiration (niveau d')




n.f. (angl. level of aspiration)

Niveau auquel un individu peut s'attendre ou souhaite atteindre lors de l'exécution d'une tâche ou dans un projet personnel, dans tout domaine dans lequel un individu peut s'améliorer. C'est par exemple, la profession, un test, une relation affective...

Il s'agit de l'anticipation d'un état dans lequel le sujet espère se trouver. Lorsque ce niveau est évalué de manière réaliste et objective, le niveau d'aspiration coïncide avec le niveau d'attente ou d'expectation, c'est-à-dire, le niveau auquel l'individu peut effectivement accéder.

Cog. En psychologie cognitive, le niveau d'aspiration peut être observé, pour une tâche spécifique, en demandant au sujet d'estimer ses prochains résultats. Si l'estimation comporte un changement par rapport à des résultats précédents, cela signifie que le sujet estime avoir un certain degré de contrôle sur ses résultats. L'absence de sensation de contrôle, par exemple en milieu scolaire, en thérapie, signe un probable échec de toute entreprise visant à améliorer performance ou adaptation du sujet. Il parait alors nécessaire de s'attacher à montrer à l'individu qu'un but peut être atteint par une action volontaire et orientée, de celui-ci.

Ethologie. Dans les comportements de confrontation, le niveau d'aspiration de l'animal correspond à l'évaluation plus ou moins rapide de la situation selon de nombreux critères (expérience passée, taille et poids de l'opposant...), qui va déterminer l'action  que cet animal va entreprendre (attaque, soumission, fuite...). En face d'un rival, l'expérience passée peut jouer un rôle, selon les espèces : par exemple, chez les mocassins à tête cuivrée, une défaite récente affaiblit les chances de victoire, une victoire, par contre, ne change rien aux probabilités pour des combats ultérieurs. Chez d'autres espèces, telles que les poissons rouges ou les singes, l'expérience passée peut influencer d'une manière différente, le niveau d'aspiration.

Les variables influençant ce niveau peuvent avoir un impact direct sur la formation de sociétés animales : société hiérarchisée, groupe avec dominants multiples ou uniques, territorialité solitaire... Par exemple, la présence d'un effet de défaite amène un leader à s'accaparer la dominance d'un groupe, pour lequel ses rivaux, après une première défaite, acceptent généralement pour un long moment, leur soumission au leader. La présence simultanée des effets de victoire et de défaite amène à une composition hiérarchisée du groupe.

Sociale. De la même façon, des comportements humains sont influencés par les attentes et les souhaits : de manière générale, lorsque le niveau d'aspiration est proche du niveau d'expectation, une action est possible et envisageable. Lorsque les deux sont trop éloignés, on assiste soit à une inhibition, soit un échec ou une inadaptation. Ce que l'on peut espérer influence nos actions au quotidien.

Kurt Lewin est l'un des premiers auteurs à avoir opéré une distinction entre les niveaux d'aspiration d'un but idéal, et les niveaux d'expectation d'un but réaliste, pour rendre compte notamment, comme en éthologie, des effets des succès et des échecs. Une victoire augmente généralement le niveau d'aspiration tandis qu'un échec le rapproche du niveau d'expectation. Ainsi, de nombreux succès peuvent amener à une surestimation de ses capacités. Le niveau d'expectation, quant à lui, repose sur des bases censées être objectives et donc indépendantes de tels effets.