Test

Asomatognosie




n.f. (angl. asomatognosia)

Trouble agnosique du schéma corporel amenant l'incapacité partielle ou totale de reconnaître des parties de son corps comme siennes. L'asomatognosie a pour principale origine une lésion pariétale entraînant une difficulté ou l'absence de traitement des informations sensorielles somatognosiques.

Ce trouble peut survenir à l'occasion de lésions d'origine diverses (AVC, tumeur, traumatisme crânien...). Si l'hémisphère mineur est touché (généralement, hémisphère droit pour les droitiers), l'asomatognosie concerne la moitié gauche du corps (hémiasomatognosie). L'atteinte de l'hémisphère dominant entraîne majoritairement des troubles de reconnaissance bilatéraux.

Les sensations somesthésiques issues de différents récepteurs (par exemple, mécanorécepteurs, thermorécepteurs) nous permettent à la fois de ressentir les stimulations externes mais également, donnent une information sur le corps, sa position, son état. De telles informations n'ont de sens lors de l'intégration, que si elles sont accompagnées de la conscience de ce corps. Lorsque l'information ne peut plus être intégrée correctement, les parties du corps concernées semblent étrangères au patient asomatognosique, qui peut aller jusqu'à demander l'amputation de ces parties.

Il ne s'agit pas de dysmophophobie, pour laquelle le patient reconnaît des parties de son corps comme siennes mais ne les acceptent pas comme elles sont. L'asomatognosie touche la reconnaissance élémentaire du corps, la conscience même que ce corps nous appartient. Régulièrement associés à des troubles de conscience, l'anosodiaphorie et l'anosognosie amènent le patient à ignorer ou ne pas se rendre compte de ce trouble et de sa sévérité. Cependant, l'asomatognosie peut n'être que transitoire et consciente.

L'hémiasomatognosie touchant l'hémisphère mineur se traduit généralement par une sensation d'étrangeté de parties du corps. Le trouble ne s'accompagne cependant pas forcément d'une atteinte globale du schéma corporel, le patient pouvant distinguer sa droite de sa gauche. Sont principalement touchés la reconnaissance tactile (haptique) d'objets, la position des membres dans l'espace.

Une asomatognosie ayant pour origine une lésion de l'hémisphère dominant est généralement plus grave, l'intégration sensitive des deux côtés s'en trouve diminuée, et le schéma corporel du patient est souvent globalement atteint, mêlant une agnosie kinesthésique (impossibilité d'identifier un point du corps que l'on touche, par exemple) à un syndrome de Gertsmann (agnosie digitale accompagnée d'agraphie, de dyscalculie et d'absence de reconnaissance droite-gauche). Main et bras sont souvent touchés.

Motricité humaine : fondements et applications pédagogiques. Rigal R. 2002. PUQ. ISBN 2760511502. p154