Test

Asocial - associal




adj. & n.m. (angl. antisocial)

Individu dont les attitudes et comportements ne respectent pas les normes sociales, ou qui présente des difficultés d'adaptation à la vie sociale.

Nota : l'orthographe correcte est Asocial, bien que la phonétique correspondante ne respecte pas les standards de conversion graphème - phonème)

Criminologie. Par définition, l'asocial est un individu agissant en dehors (partiellement ou en totalité) des normes et valeurs socialement partagées ou imposées par l'organisation judiciaire. L'asocial désigne donc en premier lieu les sujets qui agissent en contradiction avec la loi ou de manière nuisible pour autrui, en ayant la conscience et la volonté de ces actes. Principalement, il s'agira de criminels ou délinquants, refusant ou violant tout ou partie des règles qui permettent le fonctionnement globalement correct d'une société ou d'un groupe.

Selon les conceptions, le terme s'est étendu à d'autres catégories tels que les malades mentaux dont la pathologie trouble nettement les relations sociales et le respect des normes, les vagabonds fuyant les contacts sociaux "normaux",  ou encore parfois les chômeurs... On remarque immédiatement le lien qui unit le terme d'asocial et le concept de normalité sociale, l'un étant défini en fonction de l'autre, dépendant des croyances, des nécessités sociales, de la morale...

Aussi, le concept d'asocial reste flou et sujet à redéfinition en fonction du système de normes concerné. En psychocriminologie, l'asocial est ainsi défini par le système judiciaire, qui décide d'un comportement comme étant en dehors des normes (lois) et de son auteur comme asocial (déviant voire criminel).

Sociale. En psychologie sociale, on définira plus volontiers l'asocial sur des critères statistiques : tout comportement partagé par une majorité de personne dans une situation donnée (ou a contrario, tout évitement systématique d'un comportement dans cette situation), peut former une norme tacite ou explicite à partir de laquelle le groupe ou la société se construit, et établit ses "règles de fonctionnement" ou normes sociales (et valeurs). Dans une telle optique, un marginal n'adhérant pas à ces comportements relativement partagés peut être qualifié d'asocial, mais il en va curieusement de même pour l'individu qui, agissant pour le groupe, se détourne de ses règles et entretient un comportement déviant, même s'il advient que ce comportement ait pour but principal de profiter au groupe et son évolution.

Clinique. En psychopathologie, l'asocial sera plutôt défini sur des critères de conscience et de respect de normes de relations (affectives, sociales). Un individu qui perd la conscience de ses actes, et par la même, une part de sa responsabilité et de sa possibilité d'entretenir des relations affectives et sociales "attendues" peut présenter des comportements asociaux. Cette conception s'interroge sur l'essence de l'homme et notamment dans sa relation avec autrui. L'asocial est alors vu comme l'individu qui perd une partie des facultés qui définissent l'homme, sa pensée et ses relations avec autrui, comme c'est le cas dans certaines pathologies d'origine organique (démences, alcoolisme) ou psychologique (psychoses, délires).