Test

Antidépresseur tricyclique




n.m. (angl. tricyclique antidepressant)

Classe d'antidépresseurs inhibiteurs de recapture de certains neurotransmetteurs dont la sérotonine et la norépinéphrine, agissant ainsi sur l'humeur dépressive en élevant le taux de ces neurotransmetteurs dans la fente synaptique.

Les antidépresseurs tricycliques sont les premiers antidépresseurs découverts, avec par exemple l'imipramine dans la fin des années 50, et restent très utilisés, malgré certains effets secondaires gênants. Leur mode d'action consiste à inhiber la recapture par les récepteurs agonistes,  de sérotonine et de norépinéphrine principalement, et à moindre mesure, de dopamine. Ils semblent également posséder une affinité pour les récepteurs muscariniques et histaminiques H1, ce qui leur donne un effet sédatif, contrairement à ce que l'on aurait attendre (dopamine et norépinéphrine sont généralement considérés comme des neurotransmetteurs excitateurs).

Les antidépresseurs tricycliques sont principalement prescrits en cas de dépression, on les utilise cependant également en cas de douleurs de nature neuropathique, d'énurésie nocturne, de trouble déficitaire de l'attention. Certaines études montrent aussi leur efficacité en cas de migraine, d'anxiété, d'insomnie et de boulimie... Les applications sont ainsi très nombreuses. 

Les antidépresseurs tricycliques présentent cependant de nombreux effets secondaires : sécheresse buccale, constipations, ou confusion mentale, dysarthrie, tremblements, troubles de la mémoire... L'effet sur les récepteurs histaminiques entraîne des troubles de l'alimentation (sédation de la sensation de satiété, d'où prise de poids). Ils ont parfois un effet revers de par la levée des inhibitions suicidaires.