Test

Anorexie mentale




n.f. (angl. anorexia nervosa ; allem. anorexia nervosa)

L'anorexie mentale est un trouble des conduites alimentaires caractérisé par le refus de l'alimentation en dépit d'un besoin physique. Par abus, on la confond avec l'anorexie qui est un symptôme médical avec perte de l'appétit, et non lutte contre la faim.

L'anorexie se rencontre le plus souvent chez des adolescentes dont l'image du corps semble altérée. Les causes sont nombreuses et plurimodales : facteurs sociaux, facteurs psychiques et parfois des facteurs physiques qui amènent le patient à restreindre de façon drastique son alimentation.

L'anorexie débute dans la majorité des cas avant 25 ans, la période adolescente étant la plus propice du fait de la fragilité aux pressions sociales. Un amaigrissement important survient progressivement, et, signe caractéristique, la patiente s'en réjouit.

On trouve souvent associés à l'anorexie mentale, des troubles du sommeil, une aménorrhée, une fonte des formes féminines, des phobies et obsessions et régulièrement des épisodes dépressifs. Selon le DSM-IV, l'anorexie mentale se définit en rapport avec 5 symptômes :
  • refus de maintenir le poids dans un intervalle normal correspondant à l'âge et la taille (moins de 85% du poids attendu)
  • peur intense de prendre du poids
  • altération de la perception du poids ou de son propre corps (dysmorphophobie)
  • déni ou non reconnaissance du danger lié à la perte massive de poids, influence excessive du poids ou de son corps sur l'estime de soi
  • aménorrhée vraisemblablement liée à l'apparition de l'anorexie, pendant au moins trois cycles consécutifs
On distingue l'anorexie type restrictif pour laquelle la restriction alimentaire est régulière, de l'anorexie avec épisodes boulimiques : le patient restreint son alimentation mais a parfois des crises passagères d'alimentation compulsive, après lesquelles, une honte et un dégoût de soi l'amènent à se faire vomir ou utiliser des produits laxatifs/purgatifs.

L'anorexie mentale est une pathologie grave. La plupart des théories explicatives font intervenir un trouble de l'identité, le traitement passe donc encore souvent par la coupure totale avec l'entourage en milieu spécialisé, bien que l'efficacité d'un tel procédé ait fait l'objet de vives critiques. De plus en plus, la prise en charge est effectuée par une équipe pluridisciplinaire contenant un médecin, principalement pour le suivi de l'état de santé et de la reprise du poids, un diététicien et un psychothérapeute pour le réapprentissage de bonnes conduites alimentaires.