Test

Anarthrie




n.f. (angl. anarthria)

Trouble de la parole caractérisé par l'impossibilité ou des difficultés sévères à articuler des sons du langage, indépendamment de toute atteinte de l'appareil articulatoire.

Le patient atteint d'anarthrie est incapable d'articuler convenablement pour se faire comprendre, bien qu'il émette des sons, comprenne ce qu'on lui dit, et soit capable d'effectuer des traitements sur les paroles qu'il souhaite prononcer (par exemple, taper avec la main le nombre de syllabes des mots qu'il ne sait prononcer).

L'anarthrie se manifeste principalement pendant la lecture (à voix haute), la répétition, le langage spontané. Prosodie et hauteur de la voix sont diminuées : le ton semble monocorde et la voix faible, la fluence est également souvent affectée, le langage spontané est donc peu compréhensible, si ce n'est complètement hermétique. Cependant, les automatismes verbaux peuvent être préservés. Par exemple, le patient peut réciter l'alphabet ou les jours de la semaine dans l'ordre normal, ceci par habitude, il a par contre des difficultés à réciter les jours de la semaine dans l'ordre anté-chronologique.

L'anarthrie est souvent associée à une apraxie bucco-faciale (faire des gestes avec la langue et la bouche, comme claquer la langue) ou une aphasie de Broca, parfois avec des troubles plégiques droits : les lésions entraînant l'anarthrie peuvent être sous-corticales (noyau lenticulaire : putamen et pallidum) ou concerner le cortex, au niveau de la troisième circonvolution (ascendante) frontale inférieure gauche (ou inversement pour certains gauchers). Elle peut également avoir pour origine une lésion des fibres reliant l'aire de Broca à cette troisième circonvolution.

Ces lésions peuvent avoir plusieurs origines : accidents vasculaires cérébraux, traumatisme crâniens, tumeurs... et plus rarement infections cérébrales ou démences neurodégénératives.

L'anarthrie se distingue des aphasies dans le sens ou la fonction cognitive du langage n'est pas à proprement parler touchée : seule la production motrice articulatoire du langage correspond à l'anarthrie, on parle d'ailleurs d'anarthrie pure lorsque l'articulation seule est touchée. L'anarthrie se distingue également de la dysarthrie pour laquelle le langage automatique est également touché, ainsi que d'autres fonctions motrices, et pour laquelle la voix est déformée fortement.