Test

Agression




n.f. (angl. aggression

soc. comportement sous-tendu par l'intentionnalité, avec le but de nuire physiquement ou psychologiquement à un autre individu.

Cette intentionnalité distingue l'acte d'agression d'autres déviances portant préjudice, comme la violation de normes ou l'accident. Certains actes poursuivent un but premier indépendant de la volonté de nuire, on parle alors d'agression instrumentale. Lorsque l'intention de porter atteinte constitue le but primaire de l'agression, on la définit en tant qu'agression impulsive ou émotionnelle.

Dans la Théorie de frustration-agression de Dollard et al. (1939), toute agression a pour origine une frustration (obstacle à la poursuite d'un but). Cette théorie, vivement critiquée, a donné naissance à une reformulation de la part de Berkowitz (1993), selon qui les stimulations désagréables provoquent un comportement actif de fuite ou d'attaque, l'une étant choisie aux dépens de l'autre, selon les circonstances et les attentes. Bien que peu prédictive, cette théorie a le mérite d'expliquer deux effets classiquement observables :
  • l'effet des armes : la simple vue d'une arme lors d'une situation de frustration augmente les probabilités d'agression, du fait que l'arme constitue un élément significatif de la situation, augmentant le taux de réussite d'une attaque plutôt que d'une fuite.
  • le bouc émissaire : lorsque la source de stimulations désagréables ne peut être atteinte ou bénéficie d'une "immunité" (par exemple, absence de cible, inhibition comportementale due aux normes, etc...), l'agression peut se déplacer vers une source disponible immédiatement, qui n'avait de tort que d'être présente au moment où il ne fallait pas...
éthol. Conduite d'attaque effective résultant d'un comportement agonistique.
biol. Tout ce qui attente à l'intégrité ou l'équilibre d'un être organique.