Test

Adénome




n.m. (angl. adenoma)

neuro. Tumeur se développant à partir des cellules d'une glande ou d'une muqueuse. Bénigne, elle peut néanmoins avoir un impact sérieux sur le fonctionnement de l'organisme, par la compression d'organes proches ou la sécrétion anarchique d'hormones. L'adénome peut évoluer en tumeur maligne, prenant alors le nom d'adénocarcinome.

Les adénomes sont des tumeurs relativement courantes issues de cellules glandulaires, telles que des cellules hypophysaires ou thyroïdienne, ou encore de cellules de glandes à sécrétion externe (sein, prostate). Elles se développent également via les muqueuses (colon, estomac, œsophage). Dans ce dernier cas, on utilise plus volontiers le terme "polype".

Bénignes, elles se présentent sous la forme d'un amas pédonculaire (forme allongée avec une tête fournie) ou sessile (large base directement insérée sur la paroi), pouvant atteindre la taille d'une balle de tennis, se développant parfois au détriment des parois proches (estomac, foie, peau). D'évolution relativement lente, l'adénome peut évoluer en tumeur maligne (adénocarcinome) présentant un risque élevé pour l’organisme. 

Dans son aspect bénin, l'adénome peut se révéler dangereux du fait de sa forme et de ses fonctions : en tant qu'amas, il peut "grignoter" les tissus avoisinants et appuyer sur les organes proches, provoquant douleurs projetées et défaillance organiques. Il peut également secréter anarchiquement des messagers chimiques perturbant l'ensemble de l'organisme.

Il existe de nombreux type d'adénomes selon la glande ou la muqueuse concernée (adénome thyroïdien, surrénalien, polype de l'estomac, du colon...), mais également selon le type de cellule originelle (adénome corticotrope, somatotrope, ...).

Concernant le système nerveux central, l'adénome hypophysaire représente 5 à 10% des tumeurs cérébrales. Il se développe surtout à partir des glandes à prolactine (adénome lactotrope). Interférant avec les sécrétions normales d'hormones, surtout chez la femme, l'adénome hypophysaire peut entraîner une hyperprolactinémie, un syndrome de Cushing, une acromégalie...