Test

Adénome hypophysaire (pituitaire)




n.m. (angl. pituitary adenoma)

neuro. Tumeur extra-cérébrale bénigne se développant à partir des cellules endocrines de l'hypophyse, perturbant généralement le fonctionnement hormonal, et plus fréquente chez la femme que chez l'homme. Selon la nature de la cellule à l'origine de la tumeur, l'adénome sera typé en fonction des hormones secrétées : adénome à prolactine, adénome somatotrope, etc...

L'adénome hypophysaire (hypophyse ou glande pituitaire) est une tumeur cérébrale courante (10% mais probablement sous-diagnostiquée, et représentant peut-être près de 15 à 20% des TC), qualifiée de tumeur extra-cérébrale du fait de sa position, vers l'hypophyse, dans les profondeurs sous-corticales. Touchant surtout les jeunes femmes adultes, elle entraîne régulièrement une prise de poids rapide. Bien qu'il existe des tumeurs de l'hypophyse ne secrétant aucune hormone, c'est sur la base de celles-ci que l'on classifie généralement les types tumoraux. Le plus courant est l'adénome à prolactine (entraînant une hyperprolactinémie), suivi de l'adénome somatotrope.

Cette tumeur est bénigne, encapsulée et d'évolution lente, avec des signes majoritairement endocriniens (et parfois neurologiques comme des céphalées). Le traitement préconisé est l'exérèse chirurgicale, mais la nature et surtout l'emplacement de la tumeur (l'hypophyse est une structure cérébrale critique, dont le fonctionnement affecte l'ensemble de l'organisme) ne permet pratiquement jamais, en pratique, de réaliser une exérèse totale. On l'accompagne donc souvent d'une radiothérapie et d'une pharmacothérapie.

Lorsque la tumeur est suffisamment grosse, elle peut appuyer sur la partie saine de l'hypophyse et perturber, voire arrêter la sécrétion normale d'hormones. La tumeur peut également entraîner une pression sur le nerf optique au niveau du chiasma optique, générant des troubles visuels tels qu'une hémianopsie bitemporale (bilatérale : les moitiés externes droite et gauche du champs visuel ne sont plus perçues).