Test

Ventriculaire (système)




adj & nom. (angl : ventricular system)

Ensemble des structures ventriculaires cérébrales et des passages emplis du liquide céphalo-rachidien que leurs parois secrètent. Le système ventriculaire synthétise et fait circuler ce liquide cérébro-spinal jusque dans l'espace sous-arachnoïdien ou dans le canal épendymaire de la moelle épinière.

On distingue 4 ventricules formant, avec leurs canaux de communication, le système ventriculaire.

2 ventricules latéraux chacun situé dans la profondeur d'un des deux hémisphères cérébraux. Ces ventricules ont une forme grossière de fer à cheval avec la partie arrondie tournée vers l'arrière du cerveau. Chacun se compose de :
  • une corne frontale située dans le lobe frontal.
  • une partie centrale plus arrondie, nommée carrefour ventriculaire, constituant la jointure des cornes.
  • une corne temporale située dans le lobe temporal.
  • une corne occipitale, plus allongée, s'enfonçant dans le lobe occipital.
Le troisième ventricule est situé dans le diencéphale, entre les deux thalamus, il communique avec les deux ventricules latéraux par les deux trous de Monro, et avec le quatrième ventricule via l'aqueduc de Sylvius.

Le quatrième ventricule est situé dans le tronc cérébral et communique avec l'espace sous-arachnoïdien via 3 canaux (le trou de Magendie et les deux trous de Luschka), et avec le canal de l'épendyme de la moelle épinière.

Il existe en fait de nombreux canaux reliant les ventricules, mais on considère que seuls l'aqueduc de Sylvius et les trous de Monro font partie intégrante du système ventriculaire. Sur les parois de ce système, des cellules épendymaires modifiées du plexus choroïde secrètent le LCR qui s'écoule vers le quatrième ventricule, à partir duquel il pourra rejoindre l'espace sous-arachnoïdien et passer dans le système veineux, ou passer dans le canal de l'épendyme pour aller vers la moelle épinière. L'ensemble des structures ventriculaires se tapisse de plexus choroïde, exceptés l'aqueduc de Sylvius ainsi que les cornes frontales et occipitales des ventricules latéraux.

L'aqueduc de Sylvius étant relativement mince, il peut aisément se boucher (inflammation, tumeur), provoquant l'arrêt de l'écoulement du LCR des ventricules latéraux et du troisième ventricule, ce qui entraîne un hydrocéphalie : ces ventricules, emplis de liquide incompressible, font alors pression en gonflant, sur les tissus nerveux qui se compriment. Une grande taille du système ventriculaire peut également refléter la neurodégénérescence des tissus cérébraux.